Gombert.story

Gombert.story

16 juin 1791.

Les nominations de curés Constitutionnels (1) vont bon train dans le département.

Quelques troubles font envoyer la troupe de la garnison Suisse (2) à Allauch, où l'on craint quelques mouvements d'opposition.

Il n'en va pas de même à Château Gombert.

Alors que le curé constitutionnel, proposé par l'Autorité est approuvé par une partie de la population, une autre partie souhaite un autre ecclésiastique.

Au final, ce ne fut ni l'un, ni l'autre, mais un troisième qui fut désigné par les électeurs. Frustrés par cette décision, les deux partis la refusent. Dans la confusion générale, on dresse une potence pour pendre le curé constitutionnel.

Averti, un fort détachement de la Garde Nationale, ainsi que des suisses d'Ernest (2) sont dépêchés à Château Gombert. Ils sont renforcés par deux pièces d'artillerie.

Dans la journée, tout est remis en ordre. La plus grande partie des troupes rejoint ses cantonnements à Marseille, non sans avoir emmené plusieurs prisonniers.

La potence est abattue par les sapeurs, puis brûlée. Les meneurs sont aussi arrêtés

(1) La Constitution du Clergé, votée en 1790 par l'Assemblée constituante, donne un nouveau statut aux prêtres. Ils sont directement liés à l'État, sont salariés par celui-ci et ne dépendent plus directement du Saint-Siège.

(2) Le régiment suisse d'Ernest est connu pour son attachement à la monarchie et ses méthodes musclées.

Source : Le Mercure Universel 1791. 

 

 

Administrée par un prêtre assermenté, l'église ne devait pas être vendue connue bien national pendant la Révolution et elle fut rouverte au culte dès le mois de mars 1801.

 

Dom Joseph de Martinet

Sources BnF

Sources BnF

Jean Joseph Allemand

Sources : BnF

Source : Bibliothèque de Toronto

Bareille, généreux donateur de Château Gombert