Gombert-story

Gombert-story

Catalogue des plantes endémiques

identifiées entre saint Mître et Plan de Cuques.

(extraits exhaustifs)

Honoré Roux - 1881

 

Source Bnf

Ajuga Iva

Amphicarpa

Apulum

Buffonia

Cephalaria Syriaca

Cheilanthes Odora

Cinerea

Cinerescens

Cnicus Benedictus

Collina

Echinaria

Galium Cinereum

Garidella Nigellastrum

Geranium

Gigantea Mey

Glandulosum

Glaucium Flavium

Gletdischia Triacantha

Hyssopifolia

Iberis

Lusitanica

Lychnitis

Parviflora

Plantago Albicans

Polium

Procumbens

Pulegium Vulgare

Pyracantha

Sempervirens

Sepium

Setosa

Spica

Spinulosa

Suffreniana

Suffrticosum

Thymus Serpyllum (Serpolet)

Trimestris

Emblème de la pervenche

La pervenche (pervencho, parfois aussi nommée prouvençalo), est portée comme insigne (*) par les mainteneurs du Félibrige.

Source : Lou Trésor dou Félibrige - Frédéric Mistral

(*) Elle engage celui ou celle qui la porte au respect des traditions, tout en lui permettant d'afficher sa fierté occitane

Elle symbolise : le souvenir, la fidélité, la joie, l'amitié

A noter sur certains documents : Mistral portait sur le revers l'insigne de Commandeur de la Légion d'Honneur, remise le 30 mai 1909. A ne pas confondre avec la pervenche....

Emblème du thym

En 1848, le thym fut adopté par les démocrates (*) provençaux comme emblème de la " Montagne ".

(*) Partisans de la République Universelle Démocratique et Sociale ou de l'Utopisme républicain.

Le Pacte : Frédéric Sorrieu

Caroubier

En 1881, cet arbre (Ceratonia Siliqua), fut identifié par Honoré Roux à l'entrée du vallon du Nègre à Château Gombert (début Ch de Palama prolongé). Cet arbre, insolite pour la région est à l'origine d'une mesure employée en joaillerie et orfèvrerie : le carat. Le carat est la graine du fruit du caroubier, qui a la particularité de toujours peser 0,2 gramme.

Source : Bnf. Catalogue des Plantes de Provence - Honoré Roux 1881.

 

Les chênes Kermes.

Le nom origine est le chêne vert (avaousses, avaoux, agarras)

Arbrisseau sur lequel on récolte le kermes, graine d'écarlatte.

 

 

Les lentisques

Le lentisque, aussi appelé Pistachier lentisque ou arbre à mastic, est un arbuste de la famille des Anacardiacées. Il pousse sur les sols arides.

Au XIXèmè siècle, on pouvait encore appercevoir cet arbre entre Château Gombert, Allauch et Garlaban. L'Oliban (*) (Arbre à encens), produit une résine : le "mastic"

Ses dérivés sont dans les huiles essentielles. Certains se sont essayés à produire un " apéritif "....

(*) Lou pétélin

Géoglyphes à Château Gombert ?

Sur plusieurs hectares s'étendent d'étranges signes vus du ciel, dans les contreforts de l'Étoile.

Il y en a de tous les âges. Alors, Nazca à Château Gombert ?

Un poisson ?

Situation géographique

Plantations récentes à gauche, anciennes à droite

Plantations

Secrets d'Histoire

Lors de la fuite en Égypte, la Vierge Marie a demandé à un bosquet de menthe de la couvrir pour la protèger avec l'Enfant de ceux qui les recherchaient. La menthe refusa.

Depuis, la menthe est condamnée à fleurir sans jamais faire de graines pour se reproduire.

La mento toujour flourira

Mai de grano jamai fara

Per noun la Vierge avé tapa

 

La mento flouris, mai noun grano,

La Vierge à-n-aco la coundano.

Les anciens attribuaient à la menthe la vertu de détruire la conception.

Source. Lou Trésor dou Félibrige. Frédéric Mistral T2

Tabac : " bon pour la Santé "...!?

Avertissement.

Le texte qui suit n'est pas une incitation à consommer. Il est issu de rapports officiels du XIX siècle.

(Source : Google - Statistiques des BduRh T4 - Comte de Villeneuve - 1829)

" Hygiène.

Ce Paragraphe doit mentionner la fabrication :

des objets qui ont un but direct ou indirect à la conservation de la santé de l’homme , ou à la salubrité de l'atmosphère qui l’entoure ;

2° des instrumens ou meubles (les habits) dont il se sert pour se garantir des intempéries ;

3° des médicamens composés pour guérir ses maladies.

Hygiène proprement dite. — Objets qui rentrent dans la première et la seconde catégorie ci-dessus.

A. Tabac. — La fabrication du tabac n’est pas fort ancienne dans ce département. Sous l’ancien régime, le monopole s'exerçait au profit du Gouvernement, et était exploité par les fermiers généraux.

En 1791, la culture fut rendue libre ainsi que la fabrication. Par suite de cette mesure, des fabriques, justement renommées, furent élevées à Marseille. Elles furent surtout en réputation pour la confection des cigares, dont elles faisaient des expéditions dans toute la France. La régie fut créée en 1811, et le Gouvernement trouvant à Marseille une tradition de bonne fabrication déjà formée et des ouvriers habiles, établit dans cette ville une manufacture qui a soutenu la renommée des tabacs de Marseille. Dans le principe, on fabriquait le tabac en poudre et haché concurremment avec les cigares; depuis l’année 1828 on a borné à ces derniers produits le travail de la manufacture de Marseille, laquelle approvisionne neuf départemens. "

NB. Durant la guerre 14 / 18, les poilus n'avaient droit qu'à du tabac de qualité inférieure : le " pétoun "

Sercret d'Histoire : Le tabac était très "prisé" par nos poilus ; mais saviez-vous, qu'une autre plante l'était toute aussi....mais par les industriels de l'époque (et même plus tard) ?...

Il s'agit du coton ! Oui, le coton, qui entre pour la part la plus importante dans la fabrication des engins explosifs de tous ordres sur les champs de batailles. Il était tiré soit des récupérations de déchets de filatures, soit directement issu de la plante. En effet, après avoir été blanchi avec de l'acide nitrique et sulfurique, il produit une pâte de cellulose presque pure. Ce "coton-poudre" entre ainsi pour 65 à 70% dans la composition de tous les explosifs. La poudre noire "classique" : 75% de salpêtre, 12,5% de soufre & 12,5% de charbon de bois n'était plus qu'un vieux "souvenir".....

Source : Google - Statistiques des Bdu Rh T4 - Comte de villeneuve - 1829

Origine : La Vedette 1877 - Des "vertus" de la cigarette......

Les "Vertus" de la cigarette : Coll. Part. Almanach Hachette - 1896 (Dictionnaire médical)

Puisqu'on nous dit que le tabac est "sain"....! Source : La Science & la Vie - mai 1920 - Coll. part.

Le language des fleurs en Provence

A la fin de ce mois (*), on plante dans les villages, devant la maison qu’habite une fiancée, un Mai d'amour. C'est une longue perche terminée par un bouquet de fleurs qui arrive au niveau de la fenêtre que l'on sait être celle de la chambre de la jeune fille ; quelquefois, c'est un jeune peuplier garni de rubans qui s’offre à sa vue, lorsque le matin elle ouvre les volets.

A ce moment, le prétendu, accompagné par des amis et des musiciens, exécute une aubade et chante un couplet en son honneur.

En voici quelques-uns, appropriés à la circonstance et empruntés au langage des fleurs :

POUR UNE DÉCLARATION D'AMOUR

Bello, vous representi la faligouro ; (**)

Sabès qu'ell’ es bell' en tout’ houro

, Encaro mai quand es flourido,

Vous amarai touto ma vido.

DOUTE OU SOUPÇON

Bello, vous representi la viouletto ;

Sias din moun couer touto souletto ;

Mai per iou sarié doulourous

Si din vouestro couer n'y avie dous.

PLAINTE

Vous represenli lou roumaniou

Que lou matin vous lou cuilliou.

Et que lou soir vous lou pourtavi,

Pour vous prouvar que vous aimavi ;

Mai, bello, se m’amas plus iou,

Rendés mé moun gai roumaniou.

RUPTURE

Iou vous representi l’ourtigo,

Bello, sarés plus moun amigo.

Vési qu’avés trop de pounchoun,

Maridas vousem'un cardoun

Ce qui peut se traduire ainsi :

' POUR UNE DÉCLARATION D’AMOUR

Belle, je vous présente le thym;

Vous savez qu’il est toujours beau,

Mais bien davantage quand il est fleuri.

Je vous aimerai toute ma vie.

DOUTE OU SOUPÇON

Belle, je vous présente la violette.

Vous êtes dans mon cœur toute seulette,

Mais, pour moi, il serait douloureux

Si dans votre cœur il y en avait deux.

PLAINTE

Je vous présente le romarin

Que ce matin je suis allé cueillir

Et que ce soir je vous apporte

Pour vous prouver que je vous aime.

Mais, belle, si vous ne maimiez plus,

Rendez-moi mon gai romarin.

RUPTURE

Moi, je vous présente l'ortie ;

Belle, vous ne serez plus mon amie.

Je vois que vous avez trop d’épines.

Mariez-vous avec un chardon.

(*) Avril

(**) Faligoulo - Farigoulo. Le thym, plante aromatique, que l'on nomme en latin, thymus capi status

Source : Google - La Provence, usages, coutumes, idiomes - Henri Oddo - 1902

 

HERBORISTERIE PROVENCALE

Extraits du Dictionnaire Provençal / Français - Garcin 1823

Herbeto. Poirée. Poirée blanche. (Plante potagère. blettes)

Herbeto-rabo. Betterave. (Plante potagère)

Herbo deis barrugos. Verrucaire, ou barde aux verrues, ou héliotrope européen.(lichen)

Herbo de bouan home. Ormin ou toute bonne, (espèce de sauge)

Herbo de St Hounoura. Cinéraire maritime. (plante herbacée)

Herbo de Nouastro-Damo. Langue de chien

Herbo de St Jacque. La jacobée (plante herbacée)

Herbo de la guerro. Sauge sauvage, épervier des murs.

Herbo doou paoure home. La gratiole. (plante herbacée)

Herbo de St Jean. Armoise gnaphale A Marseille on entend « Herbo de St Jean » toutes plante aromatiques ou pharmacotiqnes de la saison du mois de Juin. (plante herbacée)

Herbo de pare. Pariétaire. Voyez Espargo. (plante herbacée)

Herbo de St Ignasso. Jusquiame noire ( puissant narcotique)

Herbo de perro mulet. Lunaire.

Herbo deis cats, Cataire marum.

Herbo deis sumis. Grande coussoude ou conyse ronde. (cataplasmes, décoctions, infusions, teintures mères)

Herbo deis nieros. Verge dorée, solidage (solidage des bois, herbe des juifs)

Herbo deis mascos. La germandrée.

Herbo deis touaros. L'héliotrope 

Herbo dei judious. La gaude. (réséda des teinturiers)

Herbo deis rascas. Dentelaire d’Europe. V. Enrabiado.

Herbo Santo-Barbo. La barbarée,

Herbo doourato. Le cétérac, espèce de fougère.

Herbo doou pardoun. Luserne maritime.

Herbo doou siege. Le siège, scrophulaire aquatique.La scrofulaire est utilisée en traitement thérapeutique des rhumatismes et des douleurs articulaires. Elle soigne les brulures et les érythèmes solaires et fessier, la gale et les furoncles.

Herbo de la routo. Grande lunaire, ophioglosse vulgaire.

Herbo deis esternuts. Grande piloselle (Plante de l'élimination urinaire et de la perte de poids)

Herbo deis febres. Centaurée en épi ou chironie.

Herbo de la ciero. Caille lait ou mille-pertuis.

Herbo crusado. La vervène

Herbo per leis pouars. Paisson des pourceaux. Voyez Segueiroun.

Herbo Gagnar leis herbos, Les droits de pacage. «Droit (payant) de mener paître des bestiaux sur certains fonds»

Herbo rousso. Crépis Nemosensis, crépide de Nîmes, quelques amateurs la nomment Hieranum sanctum,

Herbo de la Craou. Centaurée chironie élégante

Herbo de la Pax. Rumex aquatique.

Herbo Battudo. Herbe a vent.

Herbo de la perlo. Grémil officinal

Herbo doou joounugi. Bardane à petites têtes.

Herbo de la pato. Tussilage, pas-d’âne.

Herbo coupiero. Buplèvre à fleurs arrondies.

Herbo de St Antoni. Epilobe hérissé, épilobe tétragone.

Herbo de Ste Clero. Chélidoine éclaire.

Herbo blanco. Alysson maritime.

Herbo doou fege. Renunculus tridentatus.

 

Herbouriaire. Herboriste, celui qui va ramasser des simples.

Herbouriar. Herboriser, aller ramasser des simples.

Hermentelo. Primprenelle (Plante)

DE L'HORTOGRAPHE SELON LES PATOIS RÉGIONAUX

Dictionnaire CF Achard - 1785

Dictionnaire CF Achard - 1785

Dictionnaire Garcin - 1823

Dictionnaire JT Avril - 1839

SECRET D'HISTOIRE

"ERSATZ" d'huile d'olive.....

Durant la Grande Guerre, il existait, en autres besoins, deux demandes importantes pour la Nation :

a) Le coton pour fabriquer en grande quantité, la poudre à canon et autres mitrailles.

b) L' huile d'olive pour fabriquer la base des savons et autre dérivés pour traiter divers produits de nettoyage (lingerie, papèterie...)

Problèmes :

1) La presque totalité du coton qui venait des USA, approvisionnait tous les belligérants. Malgré les embargos promulgués, certains d'entre-eux s'approvisionnaient par des pays neutres.

 2) La main d'oeuvre faisait cruellement défaut pour ramasser les olives, les broyer et approvisionner les savonneries de Marseille notamment.

Solutions :

Il fut décrété que le coton serait traité comme produit de contrebande s'il était destiné à approvisionner les adversaires...

Quant à l'huile, un franco-américain (Paul Aldige), eut l'idée d'en produire, à partir des graines de la plante de coton, résidu de sa séparation d'avec les filaments. Il se trouve que cette technique de production interessa fortement les producteurs de certaines savonneries. Il n'en fallait pas plus pour " sous entendre " que certains fabricants de savons " coupaient " l'huile d'olive, avec l'huile de coton....

Source : Professeur L. Houllevigue - Faculté des Sciences de Marseille - Nov. 1915

SECRET D'HISTOIRE

L'AMADOU (*)

L' Esclaire, ou la Grande Chélidoine

Plante commune qui se trouve généralement le long des vieux murs, sur les décombres. Fleur jaune en espèce d'ombelle. Tige contenant un suc caustique et dangereux.

Les mendiants se servaient des feuilles fraîches, pour se faire venir des ulcérations aux bras ou aux jambes, et par là exciter la commisération. Ces ulcères, superficiels et larges à volonté, se guérissaient facilement en les couvrant avec des feuilles de poirée (plante entre la blette et la mache). Les gueux, prétendus estropiés et infirmes, une fois rentrés dans leur quartier, y redevenaient sains et saufs comme par enchantement.

Se dit aussi " OOUREYETTO ". s. f. Ecclaire. Felouque ou grande chélidoine. Plante. Source : Archive.org -Dic. Provençal-Français - J-T Avril - 1839

....et aussi " Dindoulièro " : Source : Nouveau Dic. Provençal / Fançais - Garcin - 1823

Mais,.... quel rapport avec l'amadou ?

L'amadou est un mot d'argot issu du jargon de 1628. Il signifie la " drogue " qui sert, en se frottant, à devenir jaune et paraitre malade. De là est issu le mot "Amadouer"...

A ne pas confondre avec l'amadou qui est issu d'un champignon...

N-B : MALINGRE, malade et malingreux, classe de gueux ayant de fausses plaies {Jargon, 1628, p. 27)

Malingreux sont ceux qui ont de maux ou playes, dont la plupart ne sont qu'en apparence) ; malingre, infirme.

Source : Archive.org - L' Argot Ancien - 1455 / 1850 - Lazare Sainéan - 1907

On notera que dans son "Trésor dou Félibrige", Mistral ne fait aucune référence sur l'origine argotique d'un autre mot : "Amadou", dans le sens "Amadouer". Il se contente d'utiliser un deuxième mot, avec tous ses dérivés, reprenant la définition " d'amener à suppuration....aboutir, en parlant d'un abcès...[ Amadu(...) ] "

Certaines définitions actuelles de dictionnaires sont déconcertantes dans le mélange des genres...

" amadou ". nom masculin (peut-être provençal amadou, amoureux, à cause de sa facilité à s'enflammer)......

Herbier d'Anne de Bretagne - 1508 - Esclaire

LES SOINS PAR LES PLANTES - Source : Google - Dic. Provençal / Français - JT Avril - 1839

LA FLORE AU SERVICE DE L'ÉGLISE

GRANO DE CHAPELET. Larme de Job.

Nom du grain d'une plante étrangère (*) qui vient très-bien en Provence, et dont la semence est de la grosseur d'une fève-haricot, et de couleur grise, vernie et façonnée en larme. On en fait des chapelets qui durent longtemps.

Source : Google - Dic. Provençal / Français - JT Avril - 1839

(*) Extrème Orient (Laos......)

CODE.... " SAFRAN "

Ensafranat, Jauni avec du safran. Au figuré, qui a pris du mal vénérien. L'on dit aussi dans ce dernier sens, s'ensafranar.

Source : Google - Dictionnaire Provençal / Français - Achard - 1785

Stigmates de crocus