Gombert.story

Gombert.story

Dicton du Languedoc :

" A la Saint Antoine, sale ton porc, enferme ton huile. "

Saint Antoine est le patron des charcutiers et tripiers.

 

 

Les porcins

En 1882, le Département des Bouches du Rhône comptait 37.936 porcs.

En 1892, 42.794.

Marseille comptait 767 porcheries, totalisant 15.340 porcins.

Principaux producteurs : Château Gombert, Bonneveine, Saint Loup, Saint Marcel.

En 1913, l'effectif total du département compte 51.520 têtes d'élevage (1).

L'arrêté du 24 juillet 1909 mit le feu aux poudres...

Les paysans de Château Gombert, éleveurs de porcs pour leurs besoins agricoles (fourniture de fumiers), sont imposés par une nouvelle patente les assimilant à des éleveurs de porcs pour la consommation humaine.

Ils décident de ne plus élever de porcs.....(2)

Source :

(1) Archives Méjanes : Encyclopédie Départementale - E.Estrangin & P.Masson - 1928.

(2) Bnf. Séance du 3 juin 1910 - Procès Verbaux des délibérations du Conseil Général des Bouches du Rhône.

 

Plaidoyers du Baron de Gombert et des habitants de Château Gombert.

Source : BnF

Source : BnF

Source : BnF

Cochonniers : production industrielle

Les sauterelles

Divers fléaux se sont abattus sur Château Gombert.

La Peste en premier.

Mais ce sont surtout les invasions de sauterelles qui ravagèrent les cultures. Plusieurs types furent observés, notamment les Calliptamus itallicus (caloptène italique ou criquet italien). (1) En 1805, les quartiers de Sainte-Marthe, Saint-Jérôme, Château-Gombert, le Plan-de-Cuques et les Olives, aux environs de Marseille, furent envahis par les sauterelles. La récolte des fruits et des légumes fut entièrement perdue. Il n'y eût d'épargné que les pois çhiches, les haricots noirs et les tomates. La vigne souffrit aussi beaucoup.(2) Les curés et recteurs des quartiers de Château Gombert, Sainte Marthe, Saint Jérôme, Plan de Cuques et des Olives, sont priés de distribuer des primes pour éradiquer les sauterelles. (3) En 1805, il a été fait une chasse dans la petite commune de Château-Gombert , dont le produit fut de 2,000 kg. d'oeufs. "Apparition de Locustaires et d'Acridites le 2 août 1832, dans le midi de la France, et notamment sur le territoire de Château-Gombert, village à une lieue et demie nord-est de Marseille". (4)

Sources :

(1) La lutte contre les sauterelles dans les divers pays Institut International d'Agriculture 1916.

(2) Journal des instituteurs 1866.

 

Source : BnF

Prime à la capture de sauterelle - 1804

Source : Google

Prime à la capture de sauterelles - 1807

Source : Annales de la Société entomologique de France.

Courrier Drôme Ardèche 1866

Courrier Drôme Ardèche 1866

Prime à la capture de sauterelles - 1832

Source : Google

Lutte contre les sauterelles

Source : archive.org

La chasse aux nuisibles

Jusqu'à l'après dernière guerre, hors les primes données aux fonctionnaires et agriculteurs, par le Conseil Général pour détruire les animaux nuisibles (renards, pies, écureuils...), il était indispensable de déclarer la pose de pièges dans sa propriété. Château Gombert n'y échappe pas.

 

Certificat de Veuve Marjou Fernande de 1941.

Les cerfs

Des recherches ont permis de déterminer la présence de Cervus Elaphus dans la brèche (*) de Château Gombert.

Plusieurs débris l'attestent, ainsi que ceux d'Ovis sp (mouflons de Méditerranée).

(*) Brèche : débris de démolitions de roches et d'autres éléments (ossements), cimentés entre eux. La brèche de Château Gombert rejoint la chaîne de l'Étoile.

Pléistocène : Période s'étendant de 2.000.000 à 10.000 ans avant JC.

Source : Bnf : Revue d'Archéologie, Histoire, Linguistique de la région Provençale - La Provence Pléistocène - 1914.

 

 

Chasseur sachant chasser sans fusil (sourire)

" En 1881, un chasseur du quartier des Aurengues à Château Gombert eut l'idée de chasser sans fusil les volatiles.

Il avait équipé ses cimeaux de fils électriques reliés à une puissante pile électrique ! Le tout actionné depuis le poste, à la demande.

C'est ainsi qu'un vol de 47 étourneaux fut abattu tout entier, d'une seule décharge ! "

Source : Bnf. La Provence Artistique & Pittoresque 1881.

Pulverage

Pouverage

Droit seigneurial que l'on faisait payer avant la Révolution, aux propriétaires des troupeaux transhumants, pour la poussière que ceux-ci soulevaient sur les routes...