Gombert.story

Gombert.story

Le Terradou

Château Gombert fait partie du 13ème arrondissement de Marseille.

Cependant, il fut dans ses origines, intégré dans les limites territoriales de la Ville (1), et plus tard, au Royaume de France en 1482.

Ce Territoire (Terradou) se démarque nettement de la "Provence", comme l'indique certains plans (2).

Cette limite est reprise dans le plan dressé par Bresson, en date de 1773 (3), qui reprend dans les grandes lignes les limites tracées au temps de la domination romaine.

A noter que la limite séparative "au plus près" du village se situe dans sa partie nord sur la crête de la Chaîne de l'Étoile depuis sainte Marthe, sépare Plan de Cuques au niveau de l'Annonciade, poursuit vers la Treille puis Carpiagne en finissant dans la calanque de Cortiou.

Sources :

(1) Statistiques de Bouches du Rhône Comte de Villeneuve 1824.

(2) Archives municipales. Plan topographique de la Ville de Marseille . Delaveau 1830.

(3) Archives municipales. Carte du Terroir et de la Rade de Marseille . Bresson fils 1773.

 

Source : Archives de Marseille - Carte Soissons

Source : Archives de Marseille - Carte Soissons

Définition du Terroir

La Croix Rouge

Plusieurs origines peuvent donner une signification à ce lieu situé en limite  Est du territoire de Château Gombert.

Nous en retiendrons trois, car toutes ont des essences qui peuvent parler en leurs faveurs.

Au 12ème siècle, une croix rouge était peinte à proximité des léproseries (1) ou, quand il n'y en avait pas, sur des masures aménagées, tenues par des moines.

Au 14ème siècle, nous trouvons aussi des croix rouges peintes sur les baraquements placés aux entrées des villes et villages. La perception en est différente. Elle signifiait aux lépreux, les limites de la ville à ne pas dépasser. La première croix rouge en France semble avoir été mentionnée en 1377, suite à la Grande Peste (1346, 1353).

L'Ordonnance Royale du 25 mai 1413 est assez explicite en ce sens, interdisant aux lépreux d'aller mendier dans les villes du royaume.

Elle s'appliquait aussi aux voyageurs malades, atteints par la Grande peste (1346 - 1353).

Au 15ème siècle, un carrefour était assez souvent nommé "Carrefour de la Malad(r)erie". On y trouvait les voyageurs voulant se rendre dans les villes ou villages, atteints de la maladie de Naples (syphilis), et qui ne pouvaient poursuivre plus loin leurs périples.

Une croix rouge était peinte, bien visible, sur la façade de la grange d'accueil.

Au 17ème siècle, le quartier de la "Croix rouge" est simplement appelé le quartier de "La Croix" (2)

Au 18ème siècle, après la Révolution, une simple croix est peinte sur une des bâtisses bordant le chemin qui va de Marseille à Allauch.

Sous l'Ancien Régime, et bien après la Révolution, ces baraquements furent transformés en édicules servant à l'octroi, limite du territoire des villes, parfois transformés en auberges, mais comportant toujours une Croix rouge peinte sur la façade.

La position de la batisse marquée de la Croix était située au niveau du 34 av de la Croix Rouge.

(Géod. 43°20'4" N - 5°26'59.1" E)

(1) Au temps des Croisades, la léproserie de Marseille était située sur la route d'Aix, à la sortie des Aygalades. Au 13ème siècle, Les lépreux étaient autorisés à entrer dans la ville sous restrictions draconiennes.

(2) La Croix Rouge était indiquée La Croux en 1659, puis La Croix en 1691.

Sources : Histoire des Hôpitaux & des Institutions de Marseille T2 Augustin Fabre 1855. Par le Mots & les Textes - Claude Thomasset.

 

Source : cadatre Napoléon - Ch du haut depuis Plan de Cuques - Ch droite depuis Allauch - Ch de gauche vers Marseille

Croix rouge à Paris

Croix rouge dans les Alpes

Source : Google

Secret d'Histoire

Plan de Cuques

Origines

Plan

Mot qui tire son origine de " Podium "  C'est à tort qu'on substitua le nom de plaine celui de plan. On disait le Plan Saint-Michel (*) comme on disait le Plan Fourmiguier et comme on dit encore le Plan de Cuques, Plan d'Aups, Plan Fourmiguier, Plan Marseillais Violesi, Plan de Campagne....

(*) Sancti Michaelis : Origine de "Plaine saint Michel", puis de "la Plaine" (actuellement "Place Jean Jaurès", qui est aussi l'un des deux points géographiques les plus hauts de Marseille avec les Accoules...)

Cuques

Ce nom est dérivé de la racine préceltique " cukk ", la hauteur arrondie, à partir de la forme du latin tardif " cukka " suivie d‘un suffixe diminutif.

Cette étymologie est généralement admise. Cette même racine  "cukk " est à l’origine de Plan de Cuques et Cuges les Pins dans le Midi de la France. Les Cuques désignaient une colline.

Dans les parlers locaux (*) ce terme désigne une petite meule de gerbes. 

Source : BnF

(*) Ce nom de "Plan de Cuques", est donné à un quartier d'Aix en Provence. Il était connu pour la culture des fourrages.

Notons que dans toutes les appellations, le mot "cuque" est associé à un nom de culture. On dit une "meule de" : blé coupé, foin, luzerne, voire par analogie, de petites branches pour allumer un feu.