Gombert-story

Gombert-story

Les bars

 " En 1931, le village de Château Gombert comptait 3.266 âmes (691 maisons et 831ménages), six bars seulement (*) et un café - restaurant. "

(*) Apprécions l'esprit " chagrin " du chroniqueur de l'époque...

Source : BnF - Monographies Communales - Méjanes.

1) Café - Restaurant de l'Avenue 

2) Bar Bistagne

3) Bar du Terminus

4) Bar des Deux Mondes & Café - Restaurant du Sport

5) Bar du Belvédère

6) Bar Mallet

 

 

Implantations des bars sur plan actuel

Bar Mallet

Bar du Terminus Rue Centrale (Tramway N° 5)

Bar du Belvédère

Bar Bistagne

Café Restaurant de l'Avenue

Bar des DEUX MONDES - Café Restaurant du SPORT - Rue Centrale

ON EFFACE L'"ARDOISE".....! ( 72,89 € de 2019 )

A CABRIMÈ SU LA DEMITO

A califourchon sur la limite qui confronte les boulevards.... A Marseille plus peut-être qu’en aucune autre grande ville, la contrebande sur les liquides est immense. Ce qui fait surtout que chez nous la fraude a pris des dimensions fabuleuses, c’est que la ville n’ayant point de mur de ceinture, l’octroi est obligé de faire garder un espace de douze kilomètres au moins de circonférence, par des préposés échelonnés çà et là. Presque tous nos guin-guettiers, contrebandiers enragés, ont profité de ce vice de situation pour déjouer avec plus de facilité la surveillance de l’administration. Ils ont tous placé leurs établissements soit à cheval sur la limite de l’octroi, soit à de très petites distances en dedans comme en dehors de la ligne. De cette manière la contrebande est on ne peut plus aisée. Et dans une position pareille, à moins d’être un saint de bois, tout marchand de vins doit être fraudeur incorrigible.

Nota : Gabian. Au propre goéland, oiseau aquatique. Au figuré, terme de mépris par lequel les Marseillais désignent les préposés de l’octroi.

Embulan, garde de l’ambulance. C’est la patrouille grise de l’octroi. L'Embulan est le gendarme, le mouchard, le sbirre, l’argousin, la bête noire de tous nos cabaretiers à califourchon

Lei sorda dé la soundo. Les préposés de l’octroi se servent d’une sonde en fer très longue et très aigüe pour fouiller les chargements de certaines charrettes, tels que charbons, terre , pierres, chaux, etc.

Victor Gélu

LOI DU 26 JANVIER 1849 POUR MARSEILLE