Gombert.story

Gombert.story

Boulomanes & Politique

13 mai 1934.

Seize ans après la fin des combats, les revendications ne manquent toujours pas du coté des blessés et mutilés de guerre.

La gabegie doit cesser. Cette fois, ce sont les sommes prodiguées par l'État, auprès des associations, qui sont la cible des ''oubliés de la Nation'' : les clubs boulistiques de Marseille......

Avec une subvention de 400 francs, celui de Château Gombert n'y échappe pas..... Ce sont 70.000 francs au total, pour les amateurs de la pétanque, qui n'ont pas échappé au chroniqueur du ''Mutilé de l'Algérie'' (1).

Notons que plusieurs subventions annuelles sont versées à Château Gombert, par le Conseil Général :

Groupe ''La Mauviette" 1.000 fr,

Société de musique ''sainte Cécile'' 500 fr,

''Club Athlétique Gombertois'' 300 fr,

''Groupe des Boulomanes'' 500 fr,

Groupe ''saint Éloi'' 500 fr,

''Cercle saint Amour'' 500 fr.

Soit pour la totalité des subventions accordées : 2 millions de franc de budget globalisé pour l'année 1925 (2).

(1) Source : Bnf. Le Mutilé Algérien 1934.

(2) Source : Bnf. Rapport Conseil Général des Bouches du Rhône 1925.

 

Source : Bnf. Le Mutilé Algérien 1934.

Secret d'Histoire

" Noyer le bouchon "

... " Dans les banlieues, dans les fossés des remparts, dans quelque allée solitaire, le long d’un mur. dans un chemin abandonné, le dimanche, se rassemblent les joueurs de boules.

On parle peu du jeu de boules, il parait oublié, et pourtant sans bruit, loin des foules, les amateurs toujours passionnés lui consacrent leurs loisirs,

Ce sont d’anciens soldats, des ouvriers, de petits propriétaires. Souvent leur nombre est fort restreint et dans ce cas chacun joue pour son propre compte.

Mais, si la société est nombreuse, il se forme deux camps composés d’un nombre égal de joueurs munis généralement chacun de leur boule.

L’allée abandonnée, le chemin solitaire, l’emplacement choisi enfin pour le jeu est coupé par un petit fossé, le noyon.

Prés du fossé, un piquet est enfoncé dans le sol qu’il affleure, c’est la marque.

Le premier joueur, désigné par le sort, fait rouler sa boule de façon à l’envoyer au but, ou du moins à en approcher le plus possible.

Le second en fait autant, et si sa boule s’est rapprochée davantage du but que celle de son adversaire, il cède la place à ce dernier. Dans le cas contraire, force lui est de jouer sa seconde boule ou de faire jouer un de ses associés.

Le jeu est d’une grande simplicité.

Lorsque toutes les boules ont été lancées, on compte autant de points qu’il y a de boules placées plus près du but. soit pour chaque joueur, si le nombre est de deux, soit pour chaque groupe.

Mais, si une boule va tomber dans le noyon. elle est considérée comme noyée. c’esl-à-dire perdue.

Contrairement au jeu de boules, on joue au cochonnet n’importe où, à la condition toutefois que le terrain soit suffisamment aplani.

Mais ici, le jeu consiste en une boule plus petite que les autres nommée cochonnet, qui remplace la marque. Seulement, cette marque devient mobile, car souvent il est nécessaire de frapper le cochonnet lui-même pour l'éloigner d'une boule, ou le rapprocher d'une autre, suivant le cas..."

Source : Google - Plaisir & Jeux depuis les origines - 1900 Gaston Vuillier

NB. Bouras ! (mesurez !)

Terme de jeu de boules. Mesure (bouèro)

Ce qui sert de règle pour déterminerer dans un point douteux, !aquelle des boules contondantes est la plus rapprochée du but et gagne point.

Let : Terme de jeu de boule. But. Cochonnet. Très-petite boule que les joueurs jettent devant eux au hasard , pour leur servir de but. On dit " Ave lou let " : avoir la boule, pour dire, avoir l'avantage de jouer le premier.

Viro-pèd (Tire-patelles)

Façon de mesurer la distance entre la boule et le bouchon.

Le début commence talon contre boule en direction du bouchon. Pas contre pas. Puis, au final en tournant de travers le pied quand un pied entier n'entre pas entre le pied au sol et le bouchon. Autant de fois de  " semello ", suivi de " viro-pèd " (ex. très semello e très viro-ped)

Origine de la Pétanque

( TENI ). Terme de jeu de boule.

Piéter. Tenir le pied à l'endroit qui a été marqué pour cela, par celui qui joue la première boule..

TENI-PÉ.  " Piéter ".

Tenèz pé : " Tenez le pied à la marque " 

Foou teni pè : " il faut se piéter ".

Source : Université de Toronto - Dictionnaire Provençal - Fançais J-T Avril 1839

Coumbo (côumbe). Nom d'un fameux joueur de boule, qu'on donne à ceux qui se distinguent à ce jeu. Sies un Coumbo.

Source : Google - Dictionnaire Provençal Francais - S-J Honnorat - 1846