Gombert.story

Gombert.story

Fête des Allobroges

Juin 1935

L'"Union des Allobroges" (*) fête sa venue d'été dans la propriété d'un habitant de Château Gombert.

(*) Peuple gaulois des Alpes

Le nom a été donné à une avenue du centre du village.

Relation dérivée entre " Savoisienne de Construction " et " Allobroges " :

1907 : Création de la société C'est au début du siècle dernier que Savoisienne Habitat (*) a démarré son activité de construction de maisons individuelles à Chambéry. Initialement centrés sur la ville de Chambéry, ses projets se sont progressivement étendus à toute la Savoie. Puis, afin de répondre aux besoins immenses en accession sociale d'après-guerre, elle a diversifié son offre de logements avec l'habitat collectif.

(*) A l'origine " La Savoisienne " (de construction)

1990 : "La Savoisienne" devient "Savoisienne Habitat".

Certains immeubles, construits après 1945, sont encore visibles à Marseille

 

Immeuble de La Savoisienne Avenue Cantini

Le Petit Dauphinois 1935

Le Petit Dauphinois 1935

Le Petit Dauphinois 1935

Les bâtisseurs savoyards

Secrets d'Histoire

Secrets d'oenologie

Lors de la conquête des Gaules, seuls ceux qui s'étaient déclarés " citoyens romains " pouvaient cultiver vignes et oliviers ; le monopole étant les importations depuis Rome pour l'essentiel.

Des recherches furent entreprises dans les pays riverains du Rhône, en vue d'enrichir de nouvelles variétés de vignes. Les Allobroges du Dauphiné s'y distinguèrent particulièrement.

Ils créèrent une vigne appelée Allobrogica ", que les vignerons de Vienne appellèrent "Pinot". Nous sommes dans le premier siècle avant J-C.

Source : Valvignères en Helvie - Abbé P. Arnaud - 1989

Allobroges barbares ?

La " Revue Savoisienne " de 1917, nous apprend que les Allobroges ont été parfois traités de noms peu orhodoxes ; même Voltaire y est allé de sa vision des choses.

Nous encourageons le lecteur à consulter le paragraphe " Nouvelles Études Philologiques sur les Allobroges ", pour être convaincu du contraire.

Source : BnF - Revue Savoisienne 1917 page 51