Gombert.story

Gombert.story

Prise de possession des terres entre Sisteron et Gap

Par lettres-patentes du 3 février 1304, Charles II, Comte de Provence et de Forcalquier, consent à faire échange de divers fiefs du baillage de Sisteron avec son féal et familier Pierre de Gombert, son procureur dans les dits comtés, et il ajoute que si les revenus qu’il cédera à Bevons dépassent les revenus que Pierre lui cédera à Mison et à Bayons, il fait abandon à celui-ci de toute soulte en considération de ses services, serviciorum ejus intuitu.

En mars 1309 (notaire Grosso à Digne), le même Pierre achète encore au Baillage de Sisteron les fiefs de Dromon de Saint-Giniez d’Authon et de Briançon ;

In fine, chacun des fiefs, presque tous jointifs, a une superficie comprise entre dix et douze kilomètres carrés.

Ils se situent selon un axe Nord Sud, sur la partie Orientale de la Durance (rive gauche).

La végétation y est abondante (bois, résineux...). Bien souvent, les terres acquises ont été délaissées par l'Ordre des Templiers qui avaient le pouvoir d'en faire commerce de bois de futaies pour construction (Cf. article suivant), et chauffage.

La culture y est rare. Les quelques paysans présents partent l'hiver offrir leurs services dans les bourgs. Ces fiefs ont rarement un castel. Tout au plus une maison forte construite sur un promontoire. L'idée était de posséder les fiefs laissés libres, et ( quelques-uns sont le plus souvent gérés momentanément par l'Église ), de les associer de manière contigüe, dans une zone bien précise.

En l'absence de Baronnie ou de Marquisat, la terre occupée est dite : Terre seigneuriale non titrée.

Bien souvent, les seigneurs portent ou associent à leur nom, le nom des terres qu'ils possèdent.

 

(de) Gombert et les Chevaliers de Malte

ORGANISATION DE L’ORDRE DE MALTE

" Les Ordres de chevalerie n'étaient dans le principe, que des associations volontaires et libres, dans lesquelles les actes de charité et de bravoure tenaient la plus grande place.

Plus tard divers Ordres furent fondés par les Souverains pour donner à leurs fidèles des distinctions honorifiques, récompenser le mérite, les services rendus ou les actions d'éclat.

Les plus anciennement connus sont les Ordres du Temple et de Saint-Jean de Jérusalem qui remontent à l'époque des croisades, et dont l'histoire, au début, est souvent confondue, quoique la priorité revienne aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

Puis on eut les Ordres Teutonique, de l'Annonciade, de la Toison d'Or, de la Jarretière, des Saints Maurice et Lazare, de Saint-Georges, de Saint-Michel, du Saint-Esprit, de Notre-Dame du Mont-Carmel, de Saint-Lazare, de Saint- Louis, etc., pour ne parler que des plus connus avant la Révolution.

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem n'étaient d’abord que les religieux ou gardiens d'un hospice destiné, vers l'an 1060, à donner asile aux pèlerins qui visitaient les Saints-Lieux.

Après la première croisade, la nécessité de se défendre contre les hordes musulmanes, unit dans une même institution l'élément religieux et l'élément militaire, et les moines de l’hospice placé sous l'invocation de Saint-Jean- Baptiste devinrent les Frères hospitaliers et militaires de Saint-Jean de Jérusalem.

Supplément au Bulletin Héraldique d’avril 1891.

Source : BnF

Source : BnF

Source : BnF - La Commanderie de St-Jean de Jérusalem de Gap et les membres qui en dépendaient au XVIIIe siècle

Les frères Pontifes

Corporation religieuse établie en Provence, dès le XI ème siècle, pour la construction de ponts sur les rivières et agrégée aux hospitaliers de Saint Jean vers 1277. On leur doit la Chartreuse de Bon-Pas sur la Durance.

" Li fraire pountié ". Source : Lou Trésor dou Félibrige " - Frédéric Mistral

Dromons- Saint Géniez

Terre acquise en partie par Pierre de Gombert, Procureur du roi Charles II d'Anjou, en 1305.  ( Un acte le situe en 1309 ).

Source : BnF - Dictionnaire de la Noblesse De la Chenaye Desbois 1774

 

A noter d'autres fiefs : Châteaufort, Entrepierres...

Ordre des chevaliers de Malte depuis 1480. A noter l'origine "Gombert", puis "DE Gombert"

Brianson

Terre acquise par Pierre de Gombert, Procureur du roi Charles II d'Anjou, en 1309 (*).

(*) Terre seigneuriale non titrée parfois mentionnée en 1351.

Parfois écrit "Briançon". A proximité d'Authon. Différent de la ville de Briançon.

Source : BnF - Dictionnaire de la Noblesse De la Chenaye Desbois 1774

 

Authon

Terre acquise par Pierre de Gombert, Procureur du roi Charles II d'Anjou, en 1309

Fief aux terres seigneuriales non titrée.

Source : BnF - Dictionnaire de la Noblesse De la Chenaye Desbois 1774

 

Fief sur la rive droite de la Durance

Source : BnF - Armorial D'Hozier

Beaudument - Sourribes

Terre acquise par de Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée.

Source : BnF - Dictionnaire des Fiefs Gourdon de Genouilac 1862

 

 

Bevons - Venterol

Terre acquise par de Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée.

 

Entrepierres

Terre acquise par de Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée.

Source : BnF - Dictionnaire des Fiefs Gourdon de Genouilac 1862

 

A noter la proximité de Saint Geniez

Montagne, propriété du seigneur....

Jarjayes

Terre acquise par de Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée.

 

Salignac

Terre acquise par Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée.

 

A noter la proximité de Sourribes et Entrepierres

Procés Entrepierres contre Salignac

Chateaufort

Terre acquise par Gombert en 1200.

Terre seigneuriale non titrée.

 

A noter la proximité de Saint Geniez

Bellaffaire

Terre acquise par de Gombert en 1400.

Terre seigneuriale non titrée..

 

A noter la proximité de Authon, Saint Geniez, Chateaufort

Bellaffaire à droite, Venterol à gauche

Bayons

Terre acquise par Gombert.

Terre seigneuriale non titrée.

Source : BnF - Mémoire institut historique de Provence 1932 T9

 

Notons la proximité d'Authon, Saint Geniez, Verdaches

Verdaches

Terre acquise par Gombert en 1500.

Terre seigneuriale non titrée.

Sorce : BnF - Mémoire institut historique de Provence 1932 T9

 

 

A noter la proximité de Saint Geniez et Authon

Armorial d'Hozier

Les temps sont durs....

Chateauneuf - Val saint Donat

Terre acquise par de Gombert

Terre seigneuriale non titrée.

 

A noter la proximité de Salignac et Entrepierres

Entrechaux

Terre acquise par Gombert en 1351.

Terre seigneuriale non titrée

 

Esparron de Pallières

Vers 1540, les Gombert-Dromond sont co-seigneurs du fief (*) jusqu'en 1610, date à laquelle, il fut intégralement vendu.

(*) Parfois nommé : Esparon de Palières

Terre seigneuriale non titrée.

Armorial d'Hozier

De Gombert et la Peste

1630. La peste arrive en Provence. Depuis Marseille, elle poursuit jusqu'à Sisteron.

Le 3 mai, Gombert, de Château Gombert, part de son domaine pour s'isoler du Mal, à Esparron. Il est accompagné de son valet pour s'y mettre en quarantaine.

Source BnF - Bulletin de la Société d'Études de Draguignan 1886

Pont de Barret

Fief de Gombert situé dans la Drome, entre le Rhône et la Durance.

Terre seigneuriale non titrée

Source : Bnf - Mémoires de l'Institut Historique de Provence 1932