Gombert.story

Fêtes des confréries

Source : BnF - La Provence Aristique 1881

Les confréries en 1780

Les confréries en 1780

Tambourins, galoubets et coquetteries chez les Prud'hommes pêcheurs

Les prud'hommes pêcheurs, qui faisaient la fête de Saint- Pierre, à Saint-Laurent, avaient aussi l'habitude d’aller en pèlerinage, le 29 septembre, à l’ermitage de Saint-Michel d’eau douce, grotte rocailleuse, perdue dans les montagnes qui dominent la mer du coté de Montredon et des Goudes.

Ce pèlerinage attirait une grande foule ; pour solder les frais divers, les prud'hommes mettaient en loterie une chaîne d'argent pour ciseaux de femme, et la faisaient porter par les rues pendant plusieurs jours, avec cortège de tambourins et de galoubets.

Des origines.

Dans son " Histoire générale du Costume ", M. Louandre écrit : « On sait qu'un peintre, chargé de représenter les peuples selon leurs différentes manières de s'habiller, les peignit tous dans le costume de leur pays, excepté les Français auprès desquels il se contenta de figurer des étoffes de différentes couleurs et une paire de ciseaux pour les laisser libres de se tailler un costume à leur goût.

Par destination finale et coquetterie.

C'est aux vêtements d'apparat des femmes qu'est pendu le clavié d'or ou d'argent auquel sont attachées les clefs (*) et la chaîne à ciseaux (**).

(*) Cles des coffres et coffrets de la maison

(**) Ciseaux pour ajuster les tissus si besoin.

Source : Archive.org - Le costume en Provence - J-Charles-Roux - 1909 - Le clavié.