Gombert.story

Les actes de la Vie Civile

Jusqu'à la Révolution, les registres paroissiaux étaient renseignés par le curé de Château Gombert.

Progressivement, et avant qu'ils ne soient remis à l'autorité civile, des mélanges d'écrits ont été malencontreusement opérés.

C'est ainsi que nous trouvons des actes de baptêmes mélés à ceux des mariages, voire des décés....

Le Juge de Paix avait aussi d'autres missions (règlement de litige familial, entre voisins...)

Source : Archives du département - Régistres paroissiaux et états civils.

 

An 1 - 29 décembre 1792. Première intervention d'un juge de Paix, en remplacement du curé Chabaud - A noter la mention "illétéré" - Cf. rubrique "Les actes"

L’an premier de la république française, mille sept cent quatre-vingt-douze, et le vingt-neuf décembre, sont présentés devant moi, juge de paix du canton de château Gombert, terroir de Marseille, officier public, nommé provisoirement par le conseil général de la commune de la même ville, le citoyen jean jacques Ollive, cultivateur du quartier des Martégaux, lequel nous a présenté un garçon qui a déclaré être né le jour d’hier, à deux heures après midi, de la citoyenne Thérèse Mouren son épouse, auquel garçon il a été donné le prénom de Jacques Dominique.

Fait dans notre maison d’habitation en présence des citoyens François Caillol et Jean Joseph Mouren, témoin cultivateur du même quartier, illétérés, ainsi que le père.

Thomas Philipe. Juge de Paix