Gombert.story

Maison de Campagne " La Montezane "

Au XIXème siècle, la maison de Maître située au sud du village, appartenait à la famille de Montezan (*).

En juillet 1835, lors de l'épidémie de choléra, elle sert de refuge à la famille qui habite Marseille, à des proches, ainsi qu'un prêtre précepteur du fils Benoît et de la fille Caroline (**) : l'abbé Polydore Jonjon.

(*) De son nom complet Cachet de Montezan

(**) Par donnation, Louise Caroline de Montezan apporte le bien à la famille Lombardon (grande famille bourgeoise Marseillaise), qui possèdait déjà des biens à Marseille et Château Gombert. (arch. départ)

Lors du recensement des propriétés bâties de 1882, elle est enregistrée successivement sous De Lombardon Louise Caroline, puis  De Lombardon Montezan (selon les dires enregistrés). A noter que la particule nobiliaire est attribuée à Lombardon, et non plus à Montezan dans les actes notariés.

Jusqu'à la première guerre mondiale, la propriété est recensée comme appartenant à la famille De Lombardon (*).

Elle est vendue après la Première Guerre mondiale.

Nota. Le moulin n'est pas répertorié dans les biens.

(*) A noter : en 1696,Trophime Lombardon, marchand, fit enregistrer ses armoiries, qui étaient : d'azur, à deux bâtons écotés, passés en sautoir, alaises d'or, accompagnés, en chef, de trois étoiles rangées de même, et, en pointe, d'un loup courant, aussi d'or.

Les descendants directs de Trophime s'élevèrent successivement dans la hiérarchie sociale. Son fils fut notaire ; son petit-fils, trésorier de France, et son arrière petit-fils, président du tribunal de commerce de Marseille, chevalier de la Légion d'honneur.

Alexandre-Adolphe de Lombardon, fils du président de tribunal de commerce, juge, lui-même, au tribunal civil, épousa, le 9 novembre 1838, Mlle Bénédictine-Louise Cachet de Montézan, qui a été autorisée par un décret du 11 février 1879, à transmettre, à ses enfants, les titres et armes de la maison de Cachet de Montézan, dont elle avait hérité de son frère , M. Benoît-Pierre-Louis Cachet, comte de Montézan et de Garnerans

Les Montezan sont issus de Noble lignée

De manière générale, les résidence de villégiatures sont nommées à partir du nom de famille du possèdant bien. Il est féminisé (La Montezane....)

Sources : BnF & Archives.org

Armoirie des Lombardons de Montezan - Lombardon (1 et 4) et de (Cachet de) Montezan (2 et 3)

Armoirie des Lombardon - Armorial d'Hozier BnF

Château Gombert - Gravure depuis la propriété des Lombardon de Montezan. Source : BnF - Le vieux moulin au centre. La Parade derrière.

Secrets d'histoire

1883

De Lombardon-Montezan Adolphe Emile Ludovic (*) (1839 -1917), édite une "Notice sur le tambourin"

Prix de " Lou Félibrige "

30 juillet 1893

Un second prix de galoubet-tambourin est décerné à de Lombardon - Montezan (Oeuvre d'Art de 50 fr)

Instruments de musique

1903

De Lombardon-Montezan fait don d'un galoubet de Long (n° 1509) et d'un galoubet de Grasset (n°1510 ) au Musée du Conservatoire National de Musique.

(*) Premier enfant de Mlle de Montezan. Les autres sont :

Charles Claude Jules, né en 1844

Adolphe Benoit Eudoxe, né en 1846

Alloïs André Joseph, né en 1850

 

Prix du Félibrige

Don des galoubets

Histoire des Lombardon Montezan