Gombert.story

Gombert.story

MATHRÉBUS

Afin de poursuivre sur la lancée, nous vous proposons un "Mathrébus".

Comment cela s'organise-t'il ?

Le principe de base est celui de tous les rébus. On fonctionne phonétiquement par syllabes que l'on note soigneusement de coté.

Là où tout commence à se compliquer, c'est que nous pouvons avoir affaire à deux questionnements :

S'agit-il d'un élément de mathématique que l'on peut associer à un autre d'à coté ? En ce cas, on pourra les additionner, les diviser, les supprimer...

S'agit-il d'un phonème pouvant être rattaché à un autre immédiatement voisin ? En ce cas, peut-on garder ce phonème....ou le remplacer par un autre ? (ex : si on trouve un "C" ; "C", c'est "dille" ( "ç" phonétiquement) On remplacera alors la lettre "C" par le phonème "Dille" (idem pour "si" : Ciron) ("bi" : Biphale) ("pau" : posdé) etc.... "cé vaut c'est" il le remplace.

De même que "K" fait "crême", "Ré" fait "rence", "Dit" fait "ré", "sol" fait "rino", "Rino" c'est " ros" d'où un "sol" peut se transformer en...... "Ros"

Cela peut paraitre compliqué mais on se prend vite au jeu.

Premier conseil : se poser d'abord la question du résultat

Bonne chance à toutes et à tous, et......"gardez-vous bien !"

Quelques indices seront donnés prochainement, afin de "dénouer" un peu les ficelles.....

SOLUTION

elia eilpitlum euq (ruetanimonéd) uaesio rus (ruetarémun) ehcaV

(L) elia eilpitlum euq , (L ß) elia à etêb rus (TT ß) sip à etêB

ß sed noitacifilpmiS

L sed noitacifilpmiS

TT etseR

: erduosér à emèlborp reinreD

2 ennod etius al etuot euq etros ne eriaF

(82,6 = 2 x TT)

elamuA'd cuD tid snaélrO'd irneH

.(ruetiaflaM) ruet tiaf (e)laM

ruetuA cnod tneitbo nO

serdèc xued tneviuS

(uef-el-zesseC) ehP el tse'c "C" ,rO

erdèhP ed ruetuA : tatluséR

...! EMISSILPMIS tse etius aL

MATHRÉBUS 2

Simple...., mais redoutable.

L'ensemble porte sur la Musique (Termes, oeuvres, compositeurs...)

AIde : deux termes sont "à tiroirs"

Bonnes recherches à toutes et à tous

SOLUTION

Dénominateur : fait référence au compositeur de la Pie Voleuse (compter les syllabes)

Numérateur : fait référence à des notes (dites parfois en d'autres "languages")

1) La première syllabe est donnée dans l'explication initiale des rébus.

2) La troisième est l'équivalence anglo-saxone du "tiroir"....  Astuce : Quand on dispose des deux premières syllabes, qu'on peine à trouver la troisième, et qu'on possède le dénominateur...... on trouve vite le résultat !!!

3) Sol => "G"...., et comme "j'ai fini" !...... Tout est dit !

MATHRÉBUS 3

Une évidence pour les matheux qui calculent......

Indice : L'entre crochets fait référence à un épisode amoureux de la Guerre de Troie

SOLUTIONS PARTIELLES

 

sirâP (ed) (t)rap etiudéS

La partie de solution étant trouvée (après une ultime transformation), il nous reste à trouver ce qui se cache derrière le deuxème terme pour obtenir le résultat final.

Que vient faire un nombre dans la Bible ?

SOLUTION

On aura compris :

Hélène =>LN => In

In (?) = 0

1292....Tout simplement : c'est le nombre de fois où le chiffre (symbolique et pas arithmétique) " UN " est mentionné dans La Bible

RÉCRÉATION !

Aucun rébus à trouver

Pour nous permettre de souffler un peu, voici une égalité qui peut surprendre.....

Un avis ?

SOLUTION PARTIELLE

En attendant la solution, voici une première piste de recherche :

En décortiquant la formule, vous trouverez par déduction, un début d'explication pour notre premier terme de l'égalité.

On travaille par analogie......, mais cela n'expliquera toujours pas l'origine de ces symboles (Chut ! celles et ceux qui ont trouvé, ne disent rien !....)

La clé sera donnée prochainement

Évolutions des nombres Romains depuis 500. Seuls D & M sont encore usités.

Source : Archive.org - L'Arithmétique chez les peuples de l'Antiquité - T-H Martin - 1864

SOLUTION PARTIELLE - SUITE

Bien. Nous avons trouvé que ce bizzare " hyéroglyphe " était équivalent au dernier : 10.000 ; mais quid de " xbg " ?, si ce n'est que lui aussi est équivalent...

Pour vous aider : aucune origine "Grecque" ni "Romaine"

SOLUTION FINALE

L'écriture à la "Française" ne dura pas très longtemps, pas plus que celle dite "Vicésimale"....

Source : Almanach Hachette 1909 - Coll. part.

Source : Archive.org - Cours de Grammaire Historique - A Darmesteter

MATHRÉBUS 4

Pas de formule mathématique à retrouver ici....

Nous devons retrouver les protagonistes d'un épisode incroyable de la dernière guerre dans le Pacifique !

Bonnes recherches et....Bonne Chance à toutes & tous !

SOLUTION PARTIELLE (SUITE)

noiva-etroP : ruetanimonéD

niram : ruetaémuN

(à rapprocher de Voltaire & Frédéric II.....)

On l'aura trouvé !..... Peut se lire ici de deux façons :

noiva-etrop ,inram suos

inram suos ,noiva etrop

Pour la suite, on cherche le décimal du nombre binaire, puis avec l'indice du milieu on associera le premier....(avant le collège)....!

Lorsque tout sera mis en place, et la solution trouvée, il faudra se demander le POURQUOI de telles réalisations. La réponse, sur la Toile, est étonnante !

Sous marin capturé. L'identification a été occidentalisée. Les marins sont américains.

SOLUTION FINALE

Il s'agissait de sous marins de la

classe I-400

de la Marine Impériale Japonaise.

Ils pouvaient emporter un ou trois aéronefs.

Un seul a pu être capturé. Il a été sabordé....

Un BONUS suit.....! 

I-400 Descriptif

Source : Google

Guerre du Pacifique. Rite en usage dans les sous marins de la Marine Impériale Japonaise.

SECRET D'HISTOIRE - BONUS

Pour remercier celles et ceux qui tentent l'aventure des Rébus !

" Boire "à l'oeil "" ?...

" Se "rincer l'oeil "" ?...

" S'en mettre " plein la vue "".....?

" Tournée (oups) de l'oeil " ?....

( Images rarissimes des archives japonaises )

MÉCARÉBUS

Une avant-première pour les "Mécanos"

Pour l'instant, rien n'est dit......sinon : "invention asiatique"......

 

SOLUTION PARTIELLE

Premier indice :

ebrevda nu tse etracnap aL

Deuxième indice :

Chaque détail, même tout petit, compte...

Troisième indice :

Machine mentionnée pour la première fois en

- 2634 avant J-C (décrite sans croquis)

- 1115 avant J-C (réinventée, mais décrite sans croquis)

Depuis l'an 300, plusieurs machines ont été construites autour d'engrenages différentiels......

Quatrième indice :

On "nage" en plein brouillard...  (en fait, c'était pour éviter d'y être !)

Cinquième indice :

C'est comme une boussole, mais...... mécanique ! ... qui indiquerait quelle direction...., au fait ?

Sixième indice :

Le chat pointe en direction de l'étoile du Sud (hémisphère)

Il s'agit d'un cha(t)-ri(t)-o (haut) [chariot] ; mais, son utilité ?...

SOLUTION FINALE

On peu croire qu'au début, il s'agissait d'une légende.....

Les preuves matérielles n'ont jamais été trouvées.

Les premiers textes qui y font référence :

2634 av. J.-C. L’empereur Huang Di (ou Ti) invente un char pour guider ses troupes hors de l’écran de fumée de l’ennemi.

En fait ce n'était pas l'ennemi qui créait un écran de fumée derrière lequel il se serait caché. La région de la Chine actuelle où cet épisode se passait, était située dans les vastes plaines au Nord. Plaines régulièrement envahies, de jour, comme de nuit, par de vastes nappes de brouillard. Impossible donc de se repèrer au soleil ou aux étoiles.

Il eut donc l'idée, quel que soit l'endroit dans lequel il se trouvait avec ses troupes, de créer un système indiquant toujours la même direction ; ceci pour éviter de se perdre en reculant ou en poursuivant l'ennemi.

Le chariot surnommé "Chariot qui pointe le Sud" était né.

Rappelons que la boussole n'en était qu'à ses balbutiements....

A partir de 1115 av J-C, le chariot est utilisé pour d'autres fins moins "belliqueuses".....

Maquette de principe du chariot. Source : Google

HISTORÉBUS

Pour ne pas frustrer les "non-matheux-mécanos-etc"....., voici une petite enquête à résoudre :

Un matin, le bedeau de l'église à constaté qu'une main anonyme avait souillé une des icônes sacrées.

Il la porta pour la restaurer avec un simple mot d'accompagnement....

Questions :

Que cachait la tache ?

Quel est le sens de lecture de l'icône ?

SOLUTION PARTIELLE

Premier indice :

C'est du coté du Levant qu'il faut chercher.....

Deuxième indice :

Cela fait référence à un personnage qui allait devenir Saint.

Troisième indice :

Coeur / Carreau (cartes)

Quatrième indice : dit aussi " SAINT JEAN DE DAMAS " (5 Jean) (2 Dames) (As)

SOLUTION PARTIELLE (SUITE)

Toutes et tous aurez compris.

Il s'agissait d'une icône remarquable par sa lecture :

La " Vierge aux trois mains " !

Mais, quel est le rapport avec Saint Jean de Damas ?

SOLUTION FINALE

En 717 a commencé en Orient, la persécution brutale de ceux qui rêvaient pour les lieux saints ; tortures et mises à mort se succédaient.

En ces temps, Ioann Damaskin servait comme conseiller du gouverneur de la ville de Damas.

Ioann Damaskin réalisait consciencieusement sa mission, mais il fut accusé de trahison. Il fut calomnié devant le Calife local. Une lettre, fut réalisée par des faussaires sur la base d’une simple signature copiée sur un de ses écrits. Le document montrait toute la ‘’ traîtrise ‘’ de Ioann, envers le Calife.

Le Calife ordonna de lui couper sa main droite, puis de l'accrocher sur la porte principale de la ville, pour intimider. Plus tard, dans l'après-midi, quand le maître eut sa colère apaisée, le révérend lui demanda de pouvoir reprendre sa main, afin de l’enterrer dans sa cellule.

Le Saint fit de longues prières devant l’icone de la Sainte Vierge Marie. Il mit son poignet sectionné à coté de lui et demanda de lui guérir sa main. Dans son sommeil, la Vierge est venue.

Au matin le moine se réveilla, il sentit sa main retrouvée saine et sauve au bout de son bras meurtri. Il eut un profond sentiment de gratitude envers la Dame Céleste.

Il partit de Damas. Un vie d’actions de grâces et de dévotions commençait …

Détails plus précis sur la Toile....

HISTHORÉBUS

La marque des Héros.

Ce homme est sans aucun doute un héros national.

Il a réussi, à lui tout seul, la capture de tous les marins (15 hommes de bord, un officier & le commandant) d'un vaisseau ennemi durant la Grande Guerre.

Comment cela a-t'il pu se faire ? Il n'y a AUCUNE mer à moins de 110 km !!!

 

COMMUNE DE L'EXPLOIT

LIEU PRÉCIS DE LA CAPITULATION

NOM DU VAISSEAU

AUTRE NOM DU VAISSEAU

DRAPEAU DE LA MARINE IMPÉRIALE RETROUVÉ A BORD

SOLUTION PARTIELLE

 

Premier indice :

Le vaisseau mesure :

198 m de long

24 m de large

Deuxième indice :

Auteur de la capture de l'équipage : Boiteux

Troisième indice :

Ernest Esclangon

SOLUTION FINALE

Village de naissance de l'inventeur de l'Horloge Parlante E. Esclangon : Mison (Alpes de Haute Provence / N-O de Sisteron)

Lieu précis de la capture : Vallée du Buëch, en contre-bas du village

Nom du vaisseau : LZ85 et L45 (Classe des engins aériens dirigeables inventés par le Comte Zeppelin (sociétés Zeppelin (Luftschiffbau Zeppelin))

LZ85 : nom donné en sortie d'usine (Par analogie au groupe Rock Led Zeppelin)

L45 : nom donné par la Marine Impériale Prussienne. Les dirigeables étaient manoeuvrés par un équipage de marins (*).

Classe des "Super Zeppelin" . Emport de bombes : 4.700 kg

(*) Saviez-vous que, lors de la création des premiers groupes de méharistes du désert en 1890, on songea à faire appel à des marins, au prétexte que de "chevaucher des vaisseaux du désert" provoquait des nausées et du mal de mer. Source : L Gardel - Fort Saganne 1980

LZ-85 / L45

L45 parti de Tondern pour bombarder Londres. Pris par une tempète de Nord sur le retour, il survola Paris, Lyon. Ne pouvant regagner sa base par la Suisse, il s'échoua dans le Buëch le 20 octobre 1917. Il avait tué 33 civils...

Équipage capturé à Mison

Drapeau du L45

Après être incendié par l'équipage, le 20 octobre 1917

Démentèlement et....recyclage !

HISTORÉBUS

C'est une étrange et terrible histoire qui va se révéler....

Les faits se passent au XIXème siècle, dans une région reculée de France. Le déroulement de l'affaire est difficilement imaginable. Les sentances ont été à la hauteur des faits commis. Justice est passée....., le souvenir reste.

Les premiers indices font références au lieu, à la cause première qui déclancha l'évènement, ainsi qu'à l'action qui en découla.